(4)

1 5 5
  1. [1]

    : Oct 2008
    : 2,047
    Thumbs Up
    Received: 3
    Given: 2

    (4)




    [ 19/01/2009 - 08:41 ]

    -

    ϡ . .
    ɡ ɡ .
    " " . .
    " " "" ɡ . ɡ .
    ɡ ɡ .
    " " .
    " " ɡ ɡ (88 ) " 1948 1956 1967 ". . ɡ .
    ɡ . ֡ .
    ɡ ϡ .
    ڡ .
    ӡ ɡ ɡ ɡ ɡ .
    ޡ ǡ ȡ (76 ) .
    ʡ ɡ " " .
    " " " ԡ ǡ ".
    ֡ "" " 16" . ɡ ɡ .
    ǡ ʡ ɡ .
    ڡ . " ".
    . ɡ Ρ ɡ () ա .
    ɡ ʡ ʡ ɡ .

    :


    0 Not allowed!








    ,,,
    ,,, , ,,,


    ,,, ,,, .......





  2. [2]
    eng.lana
    eng.lana

      eng.lana


    : Oct 2008
    : 677
    Thumbs Up
    Received: 3
    Given: 0
    Gaza - Palestinian Information Center

    What happened is a nightmare which woke residents of the Gaza Strip in the twenty-fourth day of the devastating war is not over yet, but is a reality on the ground what was left behind by the Israeli army throughout the sector. In light of the terrible feelings held tongues and words failed to describe what happened.
    At the entrance to the area of dignity, to the north-west of Gaza City, the cod that set the neighborhood to enter the heart Palpitations rapidly, the pace of the rise with the size of the devastation.
    Tower in the place "Burj al-Andalus," the housing, consisting of sixteen-floor, which the Zionist war machine bisect equal length, as if half saw section. Palestinian old and young, women and men around the place, their feet take them to the sites of destruction and debris and the remains of buildings.
    Within the area of "Towers of dignity," as called by people who began to arrive Tetra rotten to the apartments of the lead aircraft, "Apache" helicopter, as does the scene after the bombing, Dari told of any description. Of them started to get left of the timber crib, born of fear impede the breast bits of his mother, and brothers and neighbors from around the checking of small goods, trying to save the school and their bags torn pamphlets.
    To the north of the area of dignity, and specifically in the area of the twin, the disaster begins disclosures, respectively, not roads, starting with the shovel, not the end of the houses, shops and industrial workshops dilapidated.
    Al-Hajj, "Abu Yousef" El Ajrami, proceed at the pace of a man of mature years, concern itself withdraw two of his sons live twin artillery shells hit their house located north of the besieged.
    Describes the "Abu Yousef" viewed from the Israelis devastation of the convening of the tongue, it stopped just before the answer, and then turned around and destroyed houses and land around it stares deep, said Haji al ajrami (88 years), "lived through the catastrophe of 1948, and the war in 1956, and the war 1967, all sniff the air before this scourge. " old man ever wondered, or Surprised which saw with his tired eyes. Completed the way back to central Gaza, backed by the rugged road with his accompanied by decades of time. stave
    To continue to move north, to find the road in front of a long and difficult, enough to reflect on everything around him carefully. These olive trees and citrus roots emerging above ground, while the disrupted electricity grids and water lines cut off entirely, along the road leading to the sultans, on the outskirts of the town of Beit Lahiya.
    The families who fled from the hell of the Zionist forces, the cautious return to the neighborhoods can be identified by barely, to losing his life is spent survived.
    Shouting mothers crying over the ruins of their homes, Iuarin tears, and other debris to collect items dear to their hearts, in plastic bags.
    War machine has been flying over the heads, hovering in the airspace surveillance planes known Balznana, at low levels, while the fighters roamed, updated mock attacks, the panic the population.
    On the right side of the road, no one realizes at first glance that there were houses stand here, the reality of change reported in the Israeli Foreign Minister Tsipi Livni, before the war, the body completely safe houses on the ground, nothing remained of the house of Ali Abd al-Qadir al-Hajj Abu Jalhoum (76 years) asbestos, stone on stone.
    Abu Jalhoum sat amid what was formerly called the shop, and around his hens, reflect some bags of beans, and supplies, and the needs of children, fed them and his wife, "or the good old", which forced him out of the house in spite of his nose, for fear.
    He says, "Abul-Ezz," "I did not want to get out of my house for it, what kept me in this life and after this life to live, I have taken my share of them, it was incumbent on me to bury my house before to see how a pile of ruins."
    On the ground, still the eyes of citizens who are not absorbed the enormity of the destruction caused by the tank, "Mercavah" fighter and "F-16", and was relegated to the homes and land, rockets and mortar bombs and phosphorous. The most recent deep drilling in the fields of farmers, aircraft, missiles, citing the target platform of resistance and not civilians who left their homes with the start of the second phase of the war, unequal, and are still trickling out of the region, unknown parameters, as described by Samir al amoody
    Samir in the third decade of age, the home of his brother, and a workshop for the creation and repair of vehicles, which was destroyed by the military track mechanisms, it was left at the scene did not leave nothing but piles of iron does not help you in any way.
    Removed and the bulldozers of the municipal authorities of cars and chunks of concrete falling off the streets, but nothing could conceal the scale of destruction wrought by the Israeli military machine. The man was equal to his friend Sultan Mohamed Atta, the only home of the three layers of earth, saying, "Thank God you're alive, it can rebuild the home, God willing."
    The children in the region have been another story, and other ways to inspect the devastation caused by the mechanisms of the occupation. They took cans collecting empty bullets, shrapnel and rockets, artillery shells, and casings (cartridges) of lead, copper minerals, claiming that it will sell to earn some money.
    Photos devastation, destruction and tragedies left by military vehicles, they are not described by words, what happened in Gaza is not a war they believe is over, but could be the start of a new war, will draw the blood of its children died under the guns and missiles of Zionism.

    0 Not allowed!



  3. [3]



    : Jun 2003
    : 8,679
    Thumbs Up
    Received: 298
    Given: 258


    eng.lana

    0 Not allowed!



  4. [4]



    : Oct 2008
    : 2,047
    Thumbs Up
    Received: 3
    Given: 2
    ,,,,
    ,,, ....

    0 Not allowed!








    ,,,
    ,,, , ,,,


    ,,, ,,, .......





  5. [5]
    ( )


    : Aug 2008
    : 1,168

    Thumbs Up
    Received: 1
    Given: 0

    4

    Ses maisons ont disparu et les tours rsidentielles, split missile

    Palestiniens d'inspecter les effets de l'agression et de traumatismes rpts pour dcrire la complexit de la scne

    Gaza - Palestinian Information Center

    Ce qui s'est pass est un cauchemar qui se rveille les rsidents de la bande de Gaza la vingt-quatrime jour de la dvastatrice guerre n'est pas encore termine, mais elle est une ralit sur le terrain ce qui a t laiss par l'arme isralienne dans le secteur. À la lumire de la terrible sentiment tenue des langues et des mots pas dcrire ce qui s'est pass.
    À l'entre de la zone de la dignit, au nord-ouest de la ville de Gaza, la morue qui fixent le quartier d'entrer dans le coeur Balkhvqan rapidement, le rythme de l'augmentation de la taille de la dvastation.
    Tour de la place "Burj al-Andalus", le logement, compose de seize tages, dont la machine de guerre sioniste Ctrth mme longueur, comme si la moiti a vu section. Palestinien jeunes et vieux, hommes et femmes autour de la place, leurs pieds, les amener la destruction de sites et de dbris et les restes des btiments.
    Dans la zone de "tours de dignit, comme demand par les personnes qui ont commenc arriver Tetra pourri aux appartements du premier appareil, "Apache" hlicoptre, de mme que les lieux aprs l'attentat la bombe, Dari a dit de toute description. D'entre eux ont commenc gauche de la crche de bois, n de la peur d'entraver la poitrine des bouts de sa mre, frres et voisins autour de la vrification de petites marchandises, en essayant de mettre de l'cole et de leurs sacs dchirs brochures.
    Au nord de la zone de la dignit, et en particulier dans le domaine de la double, la catastrophe commence Baltkhv, respectivement, et non pas les routes, partir de la pelle, pas la fin des maisons, des boutiques et des ateliers industriels dlabrs.
    Al-Hajj, Abou Youssef El Ajrami, passez la vitesse d'un homme d'ge mr, de lui retirer deux de ses fils jumeaux vivent obus a frapp leur maison situe au nord de l'assig.
    Dcrit le Abu Yousef" vu de la dvastation de la convocation d'un Isralien la langue, il s'est arrt juste avant la rponse, puis fait demi-tour et a t heureux Emenp satellites et dtruit des maisons et des terres autour de lui les regards de profondeur, a dit Haji Keffayah (88 ans) ", a vcu la catastrophe de 1948, et la guerre en 1956, et la guerre 1967, tous les renifler l'air avant que ce flau. " Altsaini jamais demand, ou Mstjba qui a vu Mqltah Almtabtan. Termin le chemin du retour vers le centre de Gaza, appuyes par la route, dans la rude Ekazh accompagn par des dcennies de temps.
    Pour continuer aller au nord, trouver la route, en face d'un long et difficile, il suffit de rflchir tout ce qui l'entoure avec soin. Ces oliviers et d'agrumes racines mergent au-dessus du sol, alors que la perturbation des rseaux d'lectricit et d'eau entirement coups, le long de la route menant la sultans, la priphrie de la ville de Beit Lahiya.
    Les familles qui ont fui l'enfer des forces sionistes, le retour la prudence les quartiers peuvent tre identifis par peine, de perdre sa vie est pass survcu.
    Shouting mres de pleurer sur les ruines de leurs maisons, Iuarin larmes, et d'autres dbris recueillir Tevchen objets chers leurs curs, dans des sacs en plastique.
    Machine de guerre a t survol la tte, en vol stationnaire dans l'espace arien des avions de surveillance Balznanp connu, des niveaux faibles, tandis que les combattants parcouraient, mises jour simul des attaques, la panique de la population.
    Sur le ct droit de la route, nul ne sait premire vue qu'il y avait des maisons ici, la ralit du changement dans la ministre isralienne des Affaires trangres Tzipi Livni, avant la guerre, le corps compltement l'abri des maisons sur le terrain, rien ne restait de la maison d'Ali Abd al-Qadir al-Hajj Abou Jalhoum (76 ans) d'amiante, de la pierre sur pierre.
    Abu Jalhoum samedi au milieu de ce qui tait autrefois appel le magasin, et prs de Djajath, tenir compte de certains sacs de haricots, et de fournitures, et les besoins des enfants, nourris et son pouse , ou le bon vieux", qui a forc de sortir de la maison, en dpit de son nez, de la peur.
    Il dit, "Abul-Ezz," "Je ne voulais pas sortir de ma maison pour lui, ce qui m'a tenu dans cette vie et aprs cette vie vivre, j'ai pris ma part d'entre eux, il appartenait moi pour enterrer ma maison avant de voir comment un tas de ruines".
    Sur le terrain, toujours aux yeux des citoyens qui ne sont pas absorbs de l'normit de la destruction cause par le rservoir , Mercavah" de combat et F-16", et a t relgu la maison et des terres, des roquettes et des obus de mortier et de phosphore. Les plus rcentes de forage profond dans les champs des agriculteurs, des aronefs, des missiles, en invoquant l'objectif de la plate-forme de la rsistance et non pas des civils qui ont quitt leurs maisons avec le dbut de la deuxime phase de la guerre, l'ingalit, et sont encore de ruissellement hors de la rgion, des paramtres inconnus, tel que dcrit par Samir vertical.
    Samir dans la troisime dcennie de l'ge, le domicile de son frre, et un atelier pour la cration et rparation de vhicules, qui a t dtruit par les mcanismes de la voie militaire, il a t laiss sur les lieux ne laisse pas rien, mais des tas de fer ne doit pas vous aider de quelque faon.
    Enleve et les bulldozers de la municipalit de voitures et de morceaux de bton tombent dans les rues, mais rien ne peut dissimuler l'ampleur des destructions causes par la machine militaire isralienne. L'homme a t gal son ami le Sultan Mohamed Atta, le seul foyer de trois couches de terre, en disant: Dieu merci, vous tes en vie, il peut reconstruire la maison, Dieu le veut.
    Les enfants de la rgion ont t une autre histoire, et d'autres moyens d'inspecter les dgts causs par les mcanismes de l'occupation. Ils ont pris la collecte de canettes vides de balles, des clats d'obus et des roquettes, des obus d'artillerie, et les botiers (cartouches) de plomb, de minerais de cuivre, en affirmant qu'il va vendre pour gagner de l'argent.
    Photos de dvastation, de destruction et de tragdies gauche par des vhicules militaires, ils ne sont pas dcrits par des mots, ce qui s'est pass Gaza n'est pas une guerre qu'ils croient tre plus, mais pourrait tre le dbut d'une nouvelle guerre, tirer du sang de ses enfants sont morts sous les armes et de missiles du sionisme.


    Ses maisons ont disparu et les tours rsidentielles, split missile

    Palestiniens d'inspecter les effets de l'agression et de traumatismes rpts pour dcrire la complexit de la scne

    [19/01/2009 - 08:41 am]

    Gaza - Palestinian Information Center

    Ce qui s'est pass est un cauchemar qui se rveille les rsidents de la bande de Gaza la vingt-quatrime jour de la dvastatrice guerre n'est pas encore termine, mais elle est une ralit sur le terrain ce qui a t laiss par l'arme isralienne dans le secteur. À la lumire de la terrible sentiment tenue des langues et des mots pas dcrire ce qui s'est pass.
    À l'entre de la zone de la dignit, au nord-ouest de la ville de Gaza, la morue qui fixent le quartier d'entrer dans le coeur Balkhvqan rapidement, le rythme de l'augmentation de la taille de la dvastation.
    Tour de la place "Burj al-Andalus", le logement, compose de seize tages, dont la machine de guerre sioniste Ctrth mme longueur, comme si la moiti a vu section. Palestinien jeunes et vieux, hommes et femmes autour de la place, leurs pieds, les amener la destruction de sites et de dbris et les restes des btiments.
    Dans la zone de "tours de dignit, comme demand par les personnes qui ont commenc arriver Tetra pourri aux appartements du premier appareil, "Apache" hlicoptre, de mme que les lieux aprs l'attentat la bombe, Dari a dit de toute description. D'entre eux ont commenc gauche de la crche de bois, n de la peur d'entraver la poitrine des bouts de sa mre, frres et voisins autour de la vrification de petites marchandises, en essayant de mettre de l'cole et de leurs sacs dchirs brochures.
    Au nord de la zone de la dignit, et en particulier dans le domaine de la double, la catastrophe commence Baltkhv, respectivement, et non pas les routes, partir de la pelle, pas la fin des maisons, des boutiques et des ateliers industriels dlabrs.
    Al-Hajj, Abou Youssef El Ajrami, passez la vitesse d'un homme d'ge mr, de lui retirer deux de ses fils jumeaux vivent obus a frapp leur maison situe au nord de l'assig.
    Dcrit le Abu Yousef" vu de la dvastation de la convocation d'un Isralien la langue, il s'est arrt juste avant la rponse, puis fait demi-tour et a t heureux Emenp satellites et dtruit des maisons et des terres autour de lui les regards de profondeur, a dit Haji Keffayah (88 ans) ", a vcu la catastrophe de 1948, et la guerre en 1956, et la guerre 1967, tous les renifler l'air avant que ce flau. " Altsaini jamais demand, ou Mstjba qui a vu Mqltah Almtabtan. Termin le chemin du retour vers le centre de Gaza, appuyes par la route, dans la rude Ekazh accompagn par des dcennies de temps.
    Pour continuer aller au nord, trouver la route, en face d'un long et difficile, il suffit de rflchir tout ce qui l'entoure avec soin. Ces oliviers et d'agrumes racines mergent au-dessus du sol, alors que la perturbation des rseaux d'lectricit et d'eau entirement coups, le long de la route menant la sultans, la priphrie de la ville de Beit Lahiya.
    Les familles qui ont fui l'enfer des forces sionistes, le retour la prudence les quartiers peuvent tre identifis par peine, de perdre sa vie est pass survcu.
    Shouting mres de pleurer sur les ruines de leurs maisons, Iuarin larmes, et d'autres dbris recueillir Tevchen objets chers leurs curs, dans des sacs en plastique.
    Machine de guerre a t survol la tte, en vol stationnaire dans l'espace arien des avions de surveillance Balznanp connu, des niveaux faibles, tandis que les combattants parcouraient, mises jour simul des attaques, la panique de la population.
    Sur le ct droit de la route, nul ne sait premire vue qu'il y avait des maisons ici, la ralit du changement dans la ministre isralienne des Affaires trangres Tzipi Livni, avant la guerre, le corps compltement l'abri des maisons sur le terrain, rien ne restait de la maison d'Ali Abd al-Qadir al-Hajj Abou Jalhoum (76 ans) d'amiante, de la pierre sur pierre.
    Abu Jalhoum samedi au milieu de ce qui tait autrefois appel le magasin, et prs de Djajath, tenir compte de certains sacs de haricots, et de fournitures, et les besoins des enfants, nourris et son pouse , ou le bon vieux", qui a forc de sortir de la maison, en dpit de son nez, de la peur.
    Il dit, "Abul-Ezz," "Je ne voulais pas sortir de ma maison pour lui, ce qui m'a tenu dans cette vie et aprs cette vie vivre, j'ai pris ma part d'entre eux, il appartenait moi pour enterrer ma maison avant de voir comment un tas de ruines".
    Sur le terrain, toujours aux yeux des citoyens qui ne sont pas absorbs de l'normit de la destruction cause par le rservoir , Mercavah" de combat et F-16", et a t relgu la maison et des terres, des roquettes et des obus de mortier et de phosphore. Les plus rcentes de forage profond dans les champs des agriculteurs, des aronefs, des missiles, en invoquant l'objectif de la plate-forme de la rsistance et non pas des civils qui ont quitt leurs maisons avec le dbut de la deuxime phase de la guerre, l'ingalit, et sont encore de ruissellement hors de la rgion, des paramtres inconnus, tel que dcrit par Samir vertical.
    Samir dans la troisime dcennie de l'ge, le domicile de son frre, et un atelier pour la cration et rparation de vhicules, qui a t dtruit par les mcanismes de la voie militaire, il a t laiss sur les lieux ne laisse pas rien, mais des tas de fer ne doit pas vous aider de quelque faon.
    Enleve et les bulldozers de la municipalit de voitures et de morceaux de bton tombent dans les rues, mais rien ne peut dissimuler l'ampleur des destructions causes par la machine militaire isralienne. L'homme a t gal son ami le Sultan Mohamed Atta, le seul foyer de trois couches de terre, en disant: Dieu merci, vous tes en vie, il peut reconstruire la maison, Dieu le veut.
    Les enfants de la rgion ont t une autre histoire, et d'autres moyens d'inspecter les dgts causs par les mcanismes de l'occupation. Ils ont pris la collecte de canettes vides de balles, des clats d'obus et de roquettes, des obus d'artillerie, et les botiers (cartouches) de plomb, de minerais de cuivre, en affirmant qu'il va vendre pour gagner de l'argent.
    Photos de dvastation, de destruction et de tragdies gauche par des vhicules militaires, ils ne sont pas dcrits par des mots, ce qui s'est pass Gaza n'est pas une guerre qu'ils croient tre plus, mais pourrait tre le dbut d'une nouvelle guerre, tirer du sang de ses enfants sont morts sous les armes et de missiles du sionisme.

    0 Not allowed!



  
4, , , , ,

RSS RSS 2.0 XML MAP HTML